Le forum officiel des Droits Divins

Forum officiel du jeu de rôle les Droits Divins
~ www.droits-divins.com ~

AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  Anglais  

Partagez | 
 

 Le Domaine Massenet

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Thaïs Massenet

avatar

Messages : 12
Date d'inscription : 13/06/2015

MessageSujet: Le Domaine Massenet   Sam 13 Juin - 19:32



Madame Marie-Marguerite Morangis, Veuve Massenet s'en venait de la région parisienne pour se retirer en sa propriété de famille à Amiens.
Les propriétés parisiennes avaient été vendues pour faire face à la ruine menaçante et c'est ainsi, que la Dame se trouvait dans un coche en direction d'un domaine qu'elle n'avait plus habité depuis sa plus tendre enfance.
La demoiselle Morangis avait en son jeune âge épousé le Sieur Massenet qui œuvrait comme receveur des impôts. Sa fortune faite, icelui s'était installé à la tête d'une grande propriété fermière où son épouse, après quatre fausses couches, lui avait enfin donné une fille, seule et unique enfant du couple. Monsieur Edouard-Symphorien Massenet était décédé il y peu, probablement d'une congestion cérébrale, laissant une veuve de trente-six ans et une fille de seize ans, Thaïs-Marguerite.
Or donc, la veuve Massenet, vêtue d'une robe et d'une cape de voyage uniformément noires, le visage protégé par une voilette, se laissait bercer par les cahots de la voiture qui traversait la ville d'Amiens, pour rejoindre la propriété un peu éloignée. Madame contemplait pensivement sa fille qui lui faisait face.

Mademoiselle Thaïs-Marguerite, vêtue de bleu nuit lisait sagement un ouvrage, sa jolie figure concentrée sur les écrits, une main négligemment posée sur les flancs d'un lévrier whippet fort occupé à mâchonner un ruban de la robe de la jeune fille.

Puis, comme on passait un portail aux montants envahis par le lierre, Madame souleva le rideau de porte de la voiture et observa avec un soupir navré la maison qui accueillerai la famille désormais bien réduite.
Revenir en haut Aller en bas
Thaïs Massenet

avatar

Messages : 12
Date d'inscription : 13/06/2015

MessageSujet: Re: Le Domaine Massenet   Dim 14 Juin - 16:49

" />

Le domaine de la famille Massenet, qui laissait derrière elle un hôtel particulier vendu à une famille plus fortunée, était une maison forte du XIVe siècle dite maison Morangis (que l'on prononçait "Morangisse"). Bâtie en des temps plus sombres par un des ancêtres de la famille qui se disait Chevalier de Morangis, elle avait été la demeure d'été de Madame Marie-Marguerite, avant qu'elle ne soit délaissée pour des demeures de plaisance plus agréables à vivre. Les revers de fortune faisant, Madame s'en retournait donc en ces lieux.

Le carrosse passa avec fracas un pont de bois qui surplombait les douves, pour entrer dans la cour intérieure pavée. Un puits fut contourné et le coche alla se ranger derrière deux voitures attelées de location desquelles on déchargeait des malles, quelques meubles, des tapis, des rideaux, des tapisseries...

Après qu'un marche-pied eût été approché, Madame descendit la première, suivie de sa fille qui avait délaissé son ouvrage pour prendre en ses bras le chien qui se nommait Précieuse.
Thaïs-Marguerite observa la façade austère de la maison et, peu contrariante, déclara avec un sourire ravi :


"Nous voici arrivées en nos pénates ! Quelle demeure ravissante, si chargée d'histoire et reflet d'un bien glorieux passé."

Et de s'empresser de gravir les marches du perron et de passer la porte en s'écriant :

"Venez bien vite maman, visitons nos nouveaux lieux d'habitation."

Il est vrai que la situation était bien moins grave que Madame voulait l'accroire : au fil du temps, si les façades étaient restées intactes, l'intérieur avait été rendu bien plus confortable par la pose de plafonds à caisson, des planchers à la française, des tapisseries régulièrement changées et nettoyées pour les garder de l'humidité et l'on avait même fait venir d'Autriche des poêles en faïence dont quelques-uns avaient été allumés pour réchauffer l'atmosphère avant l'arrivée de ces dames.
Revenir en haut Aller en bas
Thaïs Massenet

avatar

Messages : 12
Date d'inscription : 13/06/2015

MessageSujet: Re: Le Domaine Massenet   Mer 17 Juin - 22:07

A l'aube, le lendemain de l'arrivée de ces Dames.
" />

Mademoiselle Rose-Marie, dans la lueur naissante du petit matin, traverserait la cour armée d'un seau fort volumineux, tout en pestant et grommelant, s'insurgeant de devoir, la maison à peine rangée, tirer de l'eau au puits pour préparer un bain à ces Dames.
Il fallait pour se faire, traverser la cour, emplir le seau au puits, ce qui n'était pas une mince affaire puis s'en retourner via les cuisines, gravir un escalier de service en ayant garde et de ne pas glisser et de ne pas verser l'eau en flaque à chaque marche de gravie. L'on versait alors l'eau dans de grandes bassines de cuivre qui chauffaient dans les cheminées dans les chaufferies de la salle des bains. Une fois l'eau bouillante, l'on en prenait un seau, sans se brûler et il fallait remplir la baignoire en fonte de la salle des bains.
Après plusieurs aller-retours, ponctués d'insultes silencieuses mais bien senties à l'endroit de celui qui avait trouvé charmant de faire édifier la salle aux ablutions dans une tour, Rose-Marie, cramoisie, s'épongea la figure et le temps que l'eau refroidisse suffisamment pour ne point gâter la peau de ces Dames, s'accorda un repos bien mérité.    
Revenir en haut Aller en bas
Thaïs Massenet

avatar

Messages : 12
Date d'inscription : 13/06/2015

MessageSujet: Re: Le Domaine Massenet   Jeu 18 Juin - 20:06

Alors que sonnaient huit heures, Rose-Marie s'était glissée dans la chambre de Mademoiselle Thaïs-Marguerite et doucement, avait déclaré :

"Mademoiselle, il est huit heures, il est l'heure de vous réveiller."

Et de s'empresser de tirer les lourds rideaux damassés.

Thaïs-Marguerite ne faisait jamais de difficultés à sortir de son lit. Vêtue d'une chemise d'une nuit et coiffée d'une dormeuse, elle s'empressa de chausser des pantoufles vert-et-soie à talons. Puis, elle s'empara d'un petit verre de vinaigre de vin, qu'elle engloutit d'un trait, ceci pour prendre des couleurs, croyait-elle.
La demoiselle passa ensuite dans la salle des bains, ôta sa chemise derrière un paravent, pour revêtir une chainse humide, qui la fit frissonner.

La servante qui s'était armée d'un linge mouillé, frotta énergiquement les bras de la demoiselle Massenet, jusqu'à les faire rougir. Elle fit de même avec les jambes et le dos. La jeune fille s'humidifia enfin le visage d'eau rose, avant d'entrer dans l'eau encore bien chaude la baignoire. Elle reposa un bon quart d'heure, avant de passer dans la chaufferie et de s'allonger sur un lit de repos afin de se sécher.

Une fois retournée dans sa chambre, vêtue d'une chemise longue et de ses jupons, Thaïs-Marguerite fit le choix d'une robe gris perle ornée de rubans et aux demi-manches froncées. Il fallut encore de longues minutes pour lui friser les cheveux (l'usage du fer à friser étant fort délicat) puis les lui poudrer (ce qui nécessitait le port d'une cape destinée à ne point gâcher la robe).

A dix heures, Mademoiselle pu prendre une légère collation dans l'antichambre de Madame sa Mère, toujours vêtue en grand deuil quoiqu'une année soit largement passée depuis le trépas de Monsieur son Mari.

Le repas achevé, ses Dames se couvrirent la tête et allèrent prier pour le repos du défunt, dans la chapelle privée de la maison.

Les prières achevées, Mademoiselle prenait son ouvrage de couture, tandis que Madame se faisait présenter les comptes du domaine. Quelques champs les plus éloignés furent vendus, les plus proches loués aux pâturages et aux cultures, certains étangs seraient asséchés.

Revenir en haut Aller en bas
Thaïs Massenet

avatar

Messages : 12
Date d'inscription : 13/06/2015

MessageSujet: Re: Le Domaine Massenet   Ven 19 Juin - 21:14



Madame Marie-Marguerite mettait un point final à ses écrits, lorsque lui parvint la fâcheuse nouvelle : une virulente épidémie s'était abattue sur le Royaume et le déplacement des populations était obligatoire. Après que Madame eût lu la proclamation officielle, un grand silence se fit, soudainement troublé par cette exclamation d'une fille de cuisine :

"Par ce signe d'un grand courroux, le Ciel nous punit de nos péchés !"

Et Madame fit ce que la situation exige de faire : elle se recueillit dans la prière et demanda miséricorde.

Mais, il fallait bien songer au départ, alors que l'on venait d'arriver et bientôt la maison se mit en branle. Sous le regard avisé de l'intendant qui comptait, avisait, notait, commandait, les meubles, les tapisseries, les tapis, les rideaux, furent promptement chargés dans des charrettes et l'on avait grand soin de ne rien abîmer.
Il fut tout de même décidé que l'on sacrifierait la baignoire en fonte et les cuivres de la chaufferie.

Pendant ce grand remue-ménage, Madame et sa fille se faisaient chacune administrer une bonne saignée.

Dans les cuisines, les foyers ronflaient : toute denrée immédiatement périssable était cuisinée et transformée en terrine, en pâté, en tarte, en gâteau, en évitant les plats en sauce qui se gâtent trop rapidement. Les victuailles qui pouvaient être conservées étaient plongées dans la saumure et sous peu, l'on vit jaillir au dehors l'ensemble de la mangeaille qui fut soigneusement ordonné dans une charrette prévue à cette effet.

A l'étage, les damoiselles de chambre, menée par Rose-Marie, actionnaient leurs fers brûlants sur les vêtements qui étaient ensuite garnis de sachets de lavande, avant d'être emballés dans du papier de soie puis rangés dans les malles.

Madame, toujours aux mains expertes de son chirurgien, demanda que l'on s'enquisse des étapes nécessaires pour gagner le Berry et que soient prévus des arrêts dans des auberges où l'on pourrait prendre repos et avoir des chevaux frais. Dans le même temps, un factotum avait fait le tour des propriétés paysannes et l'on vit très vite des convois arriver de toutes parts et s'arrêter dans la cour, d'où serait donné le départ.

Mesdames désormais délestées de quelques litres de sang, buvaient un cordial pour se remonter puis, l'on but du vinaigre de vin et du jus de mélisse pour prévenir la maladie.
L'on acheva les bagages par les tableaux de famille, transportés avec les plus grands égards et bien sûr l'on remit à Madame l'urne funéraire de feu son époux, ce qui lui fit déclarer :


"Parfait, Monsieur mon Mari est prêt pour ce nouveau voyage."

La Maison fut très soigneusement close et ces Dames gagnèrent leur carrosse dont l'intérieur avait été garni de sachets de girofle et de violettes.  
Revenir en haut Aller en bas
Thaïs Massenet

avatar

Messages : 12
Date d'inscription : 13/06/2015

MessageSujet: Re: Le Domaine Massenet   Sam 20 Juin - 15:37

En d'autres circonstances, l'on aurait pu croire que se tenait devant le Domaine Massenet la foire du village.
Outre le carrosse de ces Dames, ceux des serviteurs, les charrettes de meubles et de victuailles qui appartenaient à la famille, toutes les bonnes gens qui vivaient sur les terres louées ou achetées aux Massenet s'étaient groupées dans la cour. Il y avait quelques familles bourgeoises et petites-bourgeoises mais surtout des familles paysannes qui en plus de leurs possessions, avaient entreposés leurs récoltes les plus précoces dans leurs véhicules attelés. Mais, l'on avait aussi groupé dans le convoi le bétail et les basses-cour, car il n'était point question de laisser périr les animaux.
Si bien qu'alentours, ce n'était que cris, bêlement, mugissements, caquètements... Les chevaux piaffaient d'impatience, les mères éplorées ne savaient plus où donner de la tête pour ne pas égarer leurs enfants.
Les vieillards et vieillardes les plus mal en point étaient allongés dans un vaste tombereau et veillés par une fille de ferme qui entretenait un brasero de voyage qui diffusait des fumigations de sauge.
Certaines personnes avaient couvert leur visage de masques en bois, de linges épais et nombreux étaient ceux qui portaient une pomme de senteur à la ceinture.
L'Intendant, qui chevauchait en tête du cortège décida alors de donner le signe du départ et le carrosse des Dames Massenet s'ébranla lentement pour passer à nouveau le portail mangé par le lierre et dont un pan s'effondra lorsque passa une charrette lourdement chargée et qui avait accroché un montant.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le Domaine Massenet   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le Domaine Massenet
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le Domaine Massenet
» Le Domaine de Saladdin
» [Quartier Uchiha] Domaine du Cygne
» Visite au Domaine Uchiha
» Domaine d'Azura

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le forum officiel des Droits Divins :: + Province de Picardie + :: . AMIENS .-
Sauter vers:  
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit | Forums RPG | Chevaliers